Les Rencontres des Amis

logo

PROGRAMME 2018 - 2019

L’ART CONTEMPORAIN : UNE NOTION PROBLÉMATIQUE

La notion d’art contemporain fait problème : à partir de quand peut-on parler d’art contemporain et selon quelle évolution ? Peut-on en déterminer certains traits fondamentaux ? Est-ce une notion historique ou esthétique ? Avons-nous affaire à une appellation polémique, qualifiante ou disqualifiante ?
Cette série de conférences tentera d’apporter des réponses à ces questions.

Auditorium du musée Fabre (18h30 - 20h)

Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

Conférences :

  • Jeudi 24 janvier 2019

La Beauté contemporaine : l’art de notre époque et ses enjeux ?
Par Nicolas Bourriaud, Directeur du MOCO 

De la même manière que le terme de « musique contemporaine » désigne aujourd’hui une époque et un genre spécifique, celui d’art contemporain a fini par se calcifier. Il qualifie, aux yeux des détracteurs de l’art de notre temps, tout ce qu’ils détestent et ne correspond pas aux valeurs esthétiques traditionnelles. Changeons donc d’optique.
Que signifie la notion de Beauté de nos jours ?
En quoi peut-elle nous aider à comprendre les enjeux artistiques d’une époque marquée par la globalisation, le réchauffement climatique, les flux migratoires et financiers?

  • Jeudi 21 février 2019

La question de la nature dans l’art contemporain.
Par Edouard Aujaleu, professeur agrégé de philosophie, président des AMF 

L’art a pris la nature comme objet de représentation - dans la peinture de paysage - ou comme matière à artificialiser - dans les jardins. Dans l’un et l’autres cas, chaque époque exprimait sa conception de la nature. Qu’en est-il de l’art contemporain dans un temps taraudé par la question écologique ?
La mécanisation de la nature a provoqué une « angoisse à retardement » : dans l’imagination collective, l’homme s’est séparé de la nature.
De là, le besoin d’un contact renouvelé avec la nature par l’approche esthétique : une expérience affective qui envahit tout l’être et consiste à s’éprouver comme partie du tout.
Le « jardin en mouvement », le jardin éphémère, le land art ou les installations d’objets naturels interrogent le rapport des hommes à la nature, non plus en tant que « maîtres et possesseurs »,
comme partenaires.

Retrouvez le programme complet ci-dessous.

.