Les Rencontres des Amis

logo

PROGRAMME 2018 - 2019

L’ART CONTEMPORAIN : UNE NOTION PROBLÉMATIQUE

La notion d’art contemporain fait problème : à partir de quand peut-on parler d’art contemporain et selon quelle évolution ? Peut-on en déterminer certains traits fondamentaux ? Est-ce une notion historique ou esthétique ? Avons-nous affaire à une appellation polémique, qualifiante ou disqualifiante ?
Cette série de conférences tentera d’apporter des réponses à ces questions.

Auditorium du musée Fabre (18h30 - 20h)

Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

Conférences :

  • Jeudi 15 novembre 2018

Et si l’art contemporain n’était pas de notre temps ?
Par Sandra Patron, Directrice du Mrac Occitanie, Sérignan  

Pendant des siècles, le territoire de l’art a été délimité par des pratiques bien définies (peinture, sculpture), des matériaux spécifiques (pigment, bronze) et des normes esthétiques liées à une tradition forte héritée de l’Académie.
Depuis les avant-gardes du début du XXème siècle jusqu’aux pratiques les plus contemporaines, ce régime d’identification a été profondément bouleversé par l’apparition de nouvelles pratiques, de nouveaux médiums et de nouveaux matériaux, et au-delà, par une redéfinition totale, et toujours en discussion, de ce qui fait art.
Le récit de la modernité a ainsi adoubé l’idée d’un art du présent qui brise toutes les conventions, méprise les normes de la représentation, le labeur de la main et les grands maitres. Pourtant,
force est de constater, en ce début de XXIème siècle, que de nombreux artistes contemporains s’inscrivent dans le travail de la main,  se passionnent pour les préraphaélites, et incorporent dans leurs œuvres non seulement de nombreuses références à l’âge classique,  mais également utilisent des techniques et matériaux ancestraux pour ne pas dire archaïques.
Et si finalement l’art contemporain n’était pas de notre temps ?
Mais d’un temps autre, qui serait en capacité d’incorporer tous les temps, passés et futurs, pour tenter précisément de cerner notre présent ?
Il semblerait en effet que certains artistes délaissent une vision linéaire de l’écoulement du temps pour privilégier des modalités de pensée qui entremêlent le passé, le présent et le futur, les techniques archaïques et la haute technologie, la référence aux préraphaélites comme à l’anthropocène.
Partant de quelques études de cas concrets, nous tenterons de cerner, à partir de la position des artistes, ce qu’est le contemporain, pour paraphraser une notion chère au philosophe italien Giorgio Agamben.

  • Jeudi 13 décembre 2018

Enseigner l’art et la création. Un “petit précis de politique“ à l’usage du savoir être.
Par Christian Gaussen. Directeur artistique et pédagogique de l’ESBAMA 

L’école supérieure des beaux arts de Montpellier est aujourd’hui connue sous le nom d’Esba MoCo.
Elle affirme en France et en Europe une orientation résolument tournée vers la création contemporaine, l’international et la professionnalisation au travers d’un outil triptyque exceptionnel le MoCo ;
il implique, formation, expérimentation, diffusion et monstration.
Ces items sont certes dans l’air du temps, pour autant, quels sont pour l’équipe pédagogique qui préside à ce nouvel essor les paradigmes qui articulent les problématiques et les enjeux de notre époque ?
Sommes-nous en radicale rupture avec le passé ou poursuivons-nous au travers des méandres et vicissitudes de la société contemporaine une tradition artistique qui conserverait secrètement en tête une certaine idée du Classique sous le titre revendiqué : École des Beaux Arts ?

Retrouvez le programme complet ci-dessous.

.