Cabanel: les mois

Les mois

Les Mois, cartons des décors pour l'ancien Hôtel de Ville, par Alexandre Cabanel, portefeuille de douze planches gravées, accompagnées d'une planche double justifiant le tirage, Paris, E. Testard éditeur
Les feuilles exposées sont tirées d’un portefeuille réunissant les gravures effectuées d’après les cartons des décors qu’Alexandre Cabanel a réalisés pour l’ancien Hôtel de Ville de Paris.

Ce bâtiment est l’un des grands chantiers de prestige initiés sous la Seconde République et poursuivis par le baron Haussmann sous le second Empire.

Les plus grands artistes du moment, Ingres, Delacroix,  Baltard y  ont contribué, comme Cabanel, qui entre ainsi dans l’élite artistique de la nation, même si son intervention se limite à une petite partie de l’ensemble de ces décors d’apparat.

Tandis qu’il est confié à Léon Bénouville de peindre Les Quatre Saisons sur les voussures de la salle des Cariatides, Cabanel doit peindre, dans les tympans situés au-dessus, les douze mois de l’année, sous l’autorité de l’architecte Jean-Baptiste Lesueur.

Le mois de Fevrier

La maîtrise parfaite de l’anatomie humaine permet au peintre de dépasser la difficulté du format triangulaire, avec habileté et naturel. De la même façon, il reste simple et universel dans le choix de ses sujets, frappant ses contemporains par cette modestie qui fait sa singularité. 

Par ailleurs, ce sont ses mêmes contemporains qui seuls nous disent un peu de l’effet d’ensemble du programme, jugeant en particulier le coloris « attrayant et limpide », le décor ayant disparu dans l’incendie qui a entraîné la destruction de l’Hôtel de Ville en 1871.

La reproduction des cartons préparatoires en gravures, peut-être liée à la popularité du sujet, a connu un réel succès.

Théodore Ballu, en charge de l’édification de la nouvelle marie, lui proposa en 1884 de participer à un nouveau décor, mais le peintre mourut avant la signature officielle de la commande.

Atelier de Cabanel