Stéphane Bordarier, 4.IV.2008 / 5.VII.2011

4.IV.2008
2008
Huile sur toile
H. 203 ; L. 178 cm
Inv. 2013.5.2

Hist.: don de l’artiste, 2013.

5.VII.2011
2011
Huile sur toile
H. 140 ; L. 280 cm (H. 140 ; L. 140 cm par panneau, diptyque)
Inv. 2013.5.1

Hist.: Galerie Fournier ; achat de la Fondation d’Entreprise du Musée Fabre ; don de la Fondation d’Entreprise du Musée Fabre, 2013.

Le travail pictural de Stéphane Bordarier, par ses recherches sur la qualité de la couleur et la surface, lui confère une position singulière sur la scène artistique française. La couleur, unique, qui ne recouvre jamais totalement la surface de la toile, déborde sur la tranche du tableau et rejoint physiquement le mur. La surface est préparée avec de la poudre de marbre qui apporte une brillance magnétique ou bien, au contraire, la toile est laissée brute, chanvrée. Ce jeu des textures donne un relief certain à l’espace coloré, qui va tancer les limites du châssis, et qui tendent à redéfinir l’espace pictural même.
C’est en interrogeant les limites du tableau, le lien à son extériorité, que le peintre réalise les peintures Ensemble (des tableaux de format carré juxtaposés par deux ou par quatre), travail  débuté en 2004 et auquel s’apparente 5.VII.2011. Ces diptyques ou quadriptyques s’articulent autour de la recherche de la couleur par couches successives, miscibles entre elles pour aboutir à un couleur unique. Ici ce sont le bleu et le jaune qui vont se mêler pour donner cette luminosité remarquable et cet effet de profondeur.
En 2007, le peintre s’impose trois couleurs, le rouge, le bleu et le violet de mars, qui est la couleur de 4.IV.2008. Cette dernière sera l’unique nuance du peintre de 1996 à l’an 2000.

Stéphane Bordarier, présenté depuis 1989 par la Galerie Jean Fournier, a participé à l’accrochage consacré aux artistes de la galerie lors de l’exposition inaugurale pour la réouverture du musée Fabre en 2007 : La couleur toujours recommencée, Hommage à Jean Fournier, marchand à Paris (1922-2006). Les liens étroits qui unissent le musée à ce grand marchand parisien ont amené le musée Fabre à s’intéresser au travail de Stéphane Bordarier en lui consacrant une exposition monographique, en 2010. L’entrée au musée de deux toiles de l’artiste s’inscrit dans le prolongement de ces deux événements explorant la modernité picturale et permet de nourrir les galeries du musée Fabre dédiées aux artistes régionaux, Stéphane Bordarier ayant son atelier à Nîmes.

Stéphane Bordarier (Beaucaire, 1953)
4.IV.2008 / 5.VII.2011
Huiles sur toile
Inv. 2013.5.2 / 2013.5.1