Salle Bernin

La ferveur dévotionnelle propre à la peinture italienne et espagnole du XVIIe siècle est représentée dans cette salle. Les peintures de Cavalino, Glielmo et Zurbaran sont marquées par l’héritage du réalisme caravagesque, là ou Carlo Dolci à Florence, Sassoferato et Guido Reni à Bologne restent fidèles à la tradition idéalisante héritée de la Renaissance. Enfin, le tableau d’Antoine Rivalz, peintre toulousain, évoque une des notions clefs de la religiosité catholique d'alors : l’Immaculée Conception.