Cabinet Bonnet-Mel

À l’occasion de l’exposition L’Age d’Or de la Peinture à Naples, de Ribera à Giordano, le cabinet d’arts graphiques Bonnet-Mel met en lumière une sélection de dessins français et italiens du XVIe au XVIIIe siècle, sur le thème de Naples, conservés dans les collections permanentes du musée Fabre.

Parmi les artistes napolitains du XVIIe siècle présents dans l’exposition temporaire, Domenico Gargiulo peignit des scènes de la vie quotidienne de Naples, des épisodes historiques et des scènes religieuses avec un grand sens de l’animation, comme en témoignent ses tableaux Place du marché ou Place de Mercatellu pendant la peste de 1656 et le dessin Scène de sorcellerie, ici montré. Aniello Falcone connut, lui, un grand succès avec ses scènes de batailles réalisées pour de grands collectionneurs installés à Naples : la feuille Cavalier vu de dos a pu être faite sur le vif pour l’une d’entre elles. Le Napolitain d’adoption, Giovanni Battista Beinaschi, qui se consacra à d’importantes commandes décoratives pour des églises de la ville et tableaux d’autel, est présent avec une Déploration du Christ mort qui révèle le style puissant de l’artiste.
Les œuvres graphiques des français Corneille (Saint Janvier protégeant Naples des Sarrazins) et Thomassin (Allégorie de la vue ou Philosophie au miroir) reproduisent les œuvres des grands maîtres Dominiquin et Ribera, tous deux morts à Naples.

Le thème du paysage est représenté à travers un rare dessin à la plume et lavis sur bois de Salvator Rosa, dans lequel l’artiste rend une nature menaçante, et trois feuilles du montpelliérain Antoine-Laurent Castellan qui voyagea à Naples en 1797 et peut-être en 1790.