Cabinet Bonnet-Mel

Paysages de mer

Gustave Courbet, avec ses fameux « paysages de mer », figure parmi les premiers peintres à consacrer les bords de mer en tant que véritables sujets picturaux . En représentant le Bord de mer à Palavas en 1854, il ouvre la voie pour les peintres méridionaux souvent encore tournés vers l’intérieur des terres. Les paysagistes contemporains de Frédéric Bazille tels Joseph Bonaventure Laurens ou Jean-Pierre Faliès, incluent, dans leur représentation de Montpellier et ses environs, celle du littoral encore très sauvage, animé cependant par quelques filets de pêcheurs, ainsi que les toutes premières baigneuses.
Plus tard, au tournant du siècle, les bains de mer deviennent des loisirs ordinaires que les artistes locaux prennent plaisir à croquer, pour s’exercer à la figure en plein-air, comme le montre le carnet de dessins du dessinateur-aquarelliste Etienne-Paul Harant. Les cabines de plage en toile bayadère montrent que Palavas, reliée par un petit train à Montpellier dès 1872, prend désormais l’apparence d’une petite station balnéaire.
Cet hommage général qu’offre tout entier le musée Fabre au peintre Frédéric Bazille est également l’occasion de présenter les carnets de croquis de peintres de la génération d’après, comme celui de Max Leenhardt, également présent à travers ses tableaux en salle 41, ainsi que les dessins du sculpteur Auguste Baussan, (Avignon, 1829 - Montpellier, 1907), qui fût son ami.
La thématique retenue ici est celle du monument qu’il a réalisé à la mémoire de Jules-Emile Planchon (Ganges, 1823 – Montpellier, 1888), botaniste qui s’est rendu célèbre aux côtés de Gaston Bazille, père de l’artiste et Président de la Société d’Agriculture de l’Hérault, dans la découverte et la lutte contre le phylloxéra.