Les Mercredis de l'Antiquité

Deux pendentifs protohistoriques

Rochelongue. Pendentifs cliquetants, chaînettes, pendeloques. © Denis Gliksman

Mercredi 8 février

18h30

Rochelongue (Agde, Hérault) : Lingots et bronzes protohistoriques par centaines dans la mer, par Jean Guilaine, Professeur au Collège de France, membre de l’Institut ; Dominique Garcia, Professeur, Aix-Marseille UniversitéCentre Camille Jullian / Président de l’Inrap ; et Jean Gascó, Chargé de recherche au CNRS, ASM UMR-5140, Université Paul-Valéry Montpellier 3, EHESS Toulouse

Découvert en 1964 au large du Cap-d’Agde (Hérault) par une équipe animée par André Bouscaras, le « dépôt » de Rochelongue constitue la plus importante masse métallique de la Gaule méditerranéenne. Il est composé de 1700 objets de bronze et plusieurs centaines de kilos de lingots de cuivre. Il s’inscrit dans la problématique des dépôts launaciens, cachettes de bronzes enfouies en Languedoc au VIIe et début du VIe siècle av. n. è. Il s’en éloigne toutefois car il est le seul « dépôt » (?) maritime de la série, et le plus récent de ces ensembles (vers 575-550 av. n.è.). Son interprétation comme un sanctuaire marin est discutée. De récentes analyses suggèrent que le cuivre des lingots serait majoritairement originaire du sud de la péninsule Ibérique. La thèse d’un récupérateur de métaux cabotant depuis cette aire, dans un contexte de relations avec la sphère ibéro-punique et ayant fait naufrage à Agde, semble confortée par la présence d’objets collectés tout au long des côtes catalanes et languedociennes.

Dans l'auditorium du musée Fabre, entrée libre dans la limite des places disponibles.